Le Jour de la Terre : de bonnes nouvelles!

Par Adrien Pouliot

Le Jour de la Terre, édition 2019, a encore une fois connu une couverture médiatique importante (que certains qualifieraient de démesurée), notamment au Québec.
Je vous arrête tout de suite. Je crois aux variations climatiques. Vous ne pouvez donc pas m’accoler l’épithète à connotation négative «climato-sceptique ». Mais le débat entourant les « changements » climatiques est devenu tellement émotif qu’il est bon de profiter de la Journée de la Terre pour rappeler que les progrès des vingt dernières années en matière d’environnement, question de mettre un peu de perspective et d’équilibre au débat.Parmi les bonnes nouvelles de Environnement Canada nous a appris que les émissions de mercure, de plomb et de cadmium au Canada avaient diminué d’environ 90 % par rapport à 1990. https://www.canada.ca/content/dam/eccc/documents/pdf/cesindicators/emission-harmful-substances-air/2018/emission-harmful-substances-air-fr.pdf

De plus, entre 2002 et 2016, les concentrations de dioxyde d’azote (NO2), de dioxyde de soufre (SO2), de composés organiques volatils (COV), les concentrations de pointe d’ozone troposphérique (O3), les concentrations moyennes d’O3et les concentrations de particules fines (P2,5) ont baissé. https://www.canada.ca/content/dam/eccc/documents/pdf/cesindicators/air-quality/air-quality-fr.pdf

Une autre bonne nouvelle pour permettre à vos enfants de mieux dormir la nuit. Malgré les oiseaux de malheur qui nous parlent de biodiversité, de coupes à blanc et de déforestation, le couvert forestier a augmenté de 7% depuis 36 ans. Cette hausse équivaut à 5 200 fois la grandeur de Montréal!
D’autres sources d’encouragement en 2018:
• Un rapport de l’ONU indique que le trou dans la couche d’ozone est en train de guérir et qu’il pourrait être complètement réparé d’ici une vingtaine d’années.
• Le deuxième plus grand récif de corail au monde vient d’être retiré de la liste des espèces en voie de disparition. http://www.aei.org/publication/chart-of-the-day-in-2017-us-had-largest-decline-in-co2-emissions-in-the-world-for-9th-time-this-century/
• Plusieurs pays ont enregistré des diminutions de CO2 en 2017.

Le Jour de la Terre est néanmoins devenu une occasion saisie par de soi-disant experts pour lancer les prédictions catastrophistes les plus folles. En voici quelques-unes, proférées dans les années ’70.

• Au lendemain du premier Jour de la Terre, la page éditoriale du New York Times avertissait : « L’homme doit mettre fin à la pollution et conserver ses ressources, non seulement pour améliorer l’existence, mais aussi pour préserver la race d’une détérioration intolérable et d’une possible extinction. »
• Le biologiste de Harvard, George Wald, a estimé que « la civilisation prendra fin dans 15 ou 30 ans si des mesures ne sont pas prises immédiatement pour lutter contre les problèmes auxquels l’humanité est confrontée ».
• « La population dépassera inévitablement et complètement toutes les petites augmentations de nos disponibilités alimentaires », a déclaré avec assurance Paul Ehrlich dans le numéro d’avril 1970 de Mademoiselle. Selon lui, « (l)e taux de mortalité augmentera jusqu’à ce qu’au moins 100 à 200 millions de personnes meurent de faim au cours des dix prochaines années. ». Le même Elrich avait annoncé avec confiance dans la revue The Progressive, numéro du Jour de la Terre de 1970, qu’entre 1980 et 1989, environ 4 milliards de personnes, dont 65 millions d’Américains, périraient dans la « Grande mort » (« the great die-off »)..
• L’écologiste Kenneth Watt a déclaré: « D’ici l’an 2000, si la tendance actuelle se maintient, nous utiliserons le pétrole brut à un rythme tel… qu’il n’y aura plus de pétrole brut. Vous arriverez à la pompe et vous direz: « Le plein, mon ami », et le pompiste (il n’y avait pas de station libre-service alors!) dira: « Je suis vraiment désolé, il n’y en a plus ».
• « L’écologiste Kenneth Watt a déclaré à Time: « Au rythme actuel d’accumulation d’azote, il n’est qu’une question de temps avant que la lumière ne soit filtrée de l’atmosphère et qu’aucune de nos terres ne soit utilisable. »

Les prédictions farfelues n’ont pas cessé depuis le premier Jour de la Terre. Par exemple, Alexandria Ocasio-Cortez, la jeune représentante démocrate à la Chambre des représentants des États-Unis, a prédit récemment que « nous sommes comme… le monde va se terminer dans 12 ans si nous ne traitons pas les changements climatiques ».

Ce que ces prédicateurs semblent oublier, c’est que l’Homme, comme seul animal intelligent sur cette planète, est douée d’une incroyable faculté d’adaptation et d’innovation et que, non, les « tendances » ne se maintiennent pas sur une trajectoire unidirectionnelle.

Malgré les progrès réalisés, il ne faut pas pour autant s’assoir sur ses lauriers. Mais reconnaissons tout-de-même que les progrès économiques de l’humanité depuis les 50 dernières années ont permis à des pays en voie de développement comme la Chine d’avoir les moyens de s’occuper de l’environnement. La pauvreté peut en effet créer les pires problèmes environnementaux car seules des sociétés riches ont les moyens de préserver à long-terme leur environnement. Autrement, elles n’ont qu’un seul souci : celui de satisfaire leurs besoins immédiats.

Publicités

2 commentaires sur “Le Jour de la Terre : de bonnes nouvelles!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s